Une équipe de Médecins Sans Frontières (MSF) composée de personnel médical et logistique y distribue de la nourriture et de l’eau et fournit des...

Une équipe de Médecins Sans Frontières (MSF) composée de personnel médical et logistique y distribue de la nourriture et de l’eau et fournit des soins médicaux d’urgence

GENEVE, Suisse, le 17 janvier 2019-/African Media Agency (AMA)/-Plusieurs milliers de personnes ont fui la ville de Rann dans le nord-est du Nigeria à la suite d’une violente attaque le 14 janvier. Le jour suivant, les premiers ont commencé à arriver à pied dans la ville camerounaise de Bodo située à environ 7 km de Rann. Une équipe de Médecins Sans Frontières (MSF) composée de personnel médical et logistique y distribue de la nourriture et de l’eau et fournit des soins médicaux d’urgence.

Notre équipe de Bodo estime qu’environ 8000 personnes sont arrivées hier et que plusieurs milliers d’autres pourraient arriver aujourd’hui rapporte Hugues Robert, responsable de programme de MSF pour le Nigeria, Nous nous préparons à venir en aide à 15 000 personnes avec de la nourriture, de l’eau et des soins médicaux dans les prochains jours. Ils étaient nombreux en état de choc et affectées par ce dont ils avaient été témoins. Maintenant, ces gens ont perdu tout ce qu’ils avaient et ont besoin de tout.

En périphérie de Bodo, les gens ont passé une nuit à l’extérieur en l’absence d’abri. Des enfants et de nombreuses femmes qui allaitent, mais aussi des femmes enceintes sont parmi eux.

A Rann, de nombreuses parties de la ville ont été brûlées dont des maisons et des abris. Le marché et les enseignes d’alimentation ont également été détruits. L’entrepôt, le bureau et la pharmacie de MSF ont été pillés et réduits en cendres. Des caisses vides de fournitures médicales étaient éparpillées sur le sol à l’extérieur.

Sur place, MSF a pu évacuer un blessé, mais la plupart des autres ont fui vers le Cameroun voisin.

” Ces violences récurrentes sont dramatiques pour les habitants de Rann, poursuit Hugues Robert. Une fois de plus, ils doivent se remettre sur pied. Combien de fois ce scénario va-t-il se répéter? Il faut que la sécurité des civils soit respectée par toutes les parties au conflit.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Médecins sans frontières (MSF).

Source:: African Media Agency

admin